top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurLev Deich

Pénurie de main-d'œuvre dans les cuisines des résidences pour aînés. - Pire que vous ne le pensez!


Help wanted Sign

J'ai passé la majorité de l'année 2023 à étudier la façon dont les pénuries de main-d'œuvre affectent le secteur de l'hébergement des personnes âgées, en particulier dans les services de restauration. Au cours de ce voyage, j'ai rencontré des personnes incroyablement dévouées, dont des chefs, des aides culinaires, des gestionnaires, des responsables de ressources humaines et des directeurs. J'ai écouté leurs histoires et leurs luttes pour offrir des soins de grande qualité aux aînés.


Pour ces raisons, je me suis senti poussé à écrire cet article pour sensibiliser les gens à la situation alarmante qui règne dans les centres de soins de longue durée. En plus de souligner l'impact sérieux sur les résidents, les employés et le rendement global de l'entreprise.

Quelle est la gravité de la situation ?

Nous savons tous que la main-d'œuvre dans le secteur de la restauration a connu un déclin considérable en raison du vieillissement de la population active, des conditions de travail difficiles et de l'exode des travailleurs qualifiés durant la pandémie.


Le secteur de l'hébergement pour personnes âgées a été particulièrement touché. C'est dans les secteurs de la restauration et des soins de santé que la perte de personnel a été la plus importante par rapport aux niveaux antérieurs à la pandémie.

Source: US Bureau of Labor Statistics


Les effets négatifs


L'incapacité à trouver, former et conserver une main-d'œuvre qualifiée est à l'origine de la plupart des problèmes auxquels sont confrontés les exploitants de résidences pour aînés. Les conséquences les plus graves sont les suivantes :

  1. La qualité: De nombreux opérateurs ont dû simplifier leurs menus et utiliser davantage d'ingrédients transformés pour réduire le temps de préparation. Un plus grand nombre de repas sont servis froids lorsque les équipes prennent du retard. Des repas mal préparés et mal assemblés contribuent à la malnutrition, un fait confirmé par une étude récente de l'université de Guelph, en Ontario, qui montre que 20 % des aliments servis ne sont pas consommés dans les centres de soins de longue durée.

  2. Les coûts opérationnels : Pratiquement tous les responsables d'établissements interrogés ont déclaré avoir dépassé leur budget pour les services de restauration. Ces dépassements sont dus à l'augmentation rapide des salaires, aux heures supplémentaires, au recrutement, à la formation, aux frais d'agence et aux pertes de nourriture dues à une mauvaise exécution. L'augmentation des coûts n'est pas compensée par des fonds supplémentaires, surtout pour les centres de soins de longue durée. Trouver des moyens de réduire les coûts opérationnels sans affecter les soins aux résidents est le défi principal pour la direction.

  3. La culture d'équipe : Cherchant désespérément à combler des postes, de nombreux exploitants doivent baisser leurs critères d'embauche et recruter des employés sans motivation et peu qualifiés. Il est commun de voir des niveaux élevés d'absentéisme, une mauvaise communication et de l'apathie envers ce travail. Une culture d'équipe négative réduit la productivité puis démotive les membres de l'équipe qui s'intéressent à leur métier. Elle crée un effet boule de neige qui augmente les taux de rotation.

Source: 25th annual Assisted Living Salary & Benefits Report by Hospital & Healthcare Compensation Service


Il s'agit d'un problème difficile à résoudre


La plupart des responsables de résidences pour aînés proposent des rémunérations et des avantages plus compétitifs. Ils mettent en place des programmes de formation et de développement et favorisent un environnement de travail positif et stimulant. Nous avons également constaté une augmentation de la collaboration entre les acteurs du secteur, tels que les résidences pour aînés, les établissements d'enseignement et les agences gouvernementales, afin de faciliter le recrutement et la formation.


Malgré tous ces efforts, 77,2 % des établissements ont signalé un taux de rotation stable ou en hausse cette année. Même le bassin de talents disponibles diminue. L'ITHQ, la principale école de cuisine et d'hôtellerie du Québec, a enregistré une baisse de 40 % du nombre de candidats en 2021. Les opérateurs de résidences pour aînés se battent pour les mêmes ressources en utilisant des stratégies identiques.

La guerre des talents est désormais un jeu à somme nulle.

Les résidences pour aînés doivent également faire face aux réalités d'un budget limité, au fardeau supplémentaire des exigences réglementaires et à l'obligation d'assurer des services de restauration 365 jours par an.

Ils se battent avec les deux mains liées dans le dos.


Augmenter la productivité de la main-d'œuvre est une préoccupation partagée par tous.


Le marché est rempli d'applications conçues pour optimiser les opérations. Malgré des investissements importants, la plupart des établissements n'ont pas réussi à réaliser des gains de productivité significatifs. Il n'est pas réaliste d'espérer que les applications à elles seules puissent éliminer des quarts de travail.


Les technologies modernes d'automatisation offrent la solution la plus prometteuse.

L'aide directe aux tâches physiques est le seul moyen de réaliser un bond de productivité suffisant pour compenser l'impact négatif de la pénurie de main-d'œuvre.

Cette approche a transformé les processus industriels et peut faire de même pour les cuisines commerciales des résidences pour aînés.


En travaillant chez Chef Jasper, une entreprise de robotique alimentaire, j'ai eu la chance d'être le témoin direct des progrès incroyables réalisés en matière d'automatisation des cuisines.


Les robots ne remplaceront pas complètement le personnel de cuisine à court terme. La cuisine est un art qui nécessite toujours une touche humaine.


Les équipes culinaires par contre, peuvent utiliser les systèmes d'automatisation de cuisine existante pour obtenir de l'aide supplémentaire pendant les périodes de pointe de l’activité et a décharger les tâches répétitives de la cuisine.


Chef Jasper's Robotic Kitchen

Une collaboration optimisée entre les humains et les machines permet d'atteindre des niveaux d'efficacité, de qualité et de cohérence impossibles à atteindre autrement.

Cela peut-il être la réponse à la pénurie de main-d'œuvre dans les résidences pour aînés ?


Ce type d'innovation mérite d'être exploré et offre la possibilité de transformer les établissements pour personnes âgées en lieux de travail plus attrayants, où la qualité des soins n'est jamais compromise par des budgets limités.


J'aimerais connaître votre avis sur ce sujet. N'hésitez pas à partager vos commentaires ou à me contacter sur LinkedIn.

27 vues0 commentaire

Opmerkingen


bottom of page